Ouvrir le menu principal

Implanter les espaces verts et les corridors selon l'existant

Songbird-egg.svg Ce wikilivre vient d'être créé, tout reste à faire !

Bien implanter les milieux boisés :Modifier

A la conception d’un site, le choix de l’emplacement des éventuels milieux boisés doit prendre en compte la sauvegarde des corridors présents, ainsi que les boisements existants. En effet, un massif boisé préservé gardera au moins une part de sa biodiversité, comparé à un massif à créer qui n’en a pas encore. De plus, une bonne raison pour préserver les zones boisées est qu’elles sont apparemment situées sur des sols adaptés à un boisement, ce qui diminue d’autant la recherche de sols adéquats. Aussi, si des boisements existent sur des zones en pente, autant les préserver puisque qu’une telle topographie est peu propice à la construction. Des décisions de conservation des boisements doivent ainsi être faites dès la conception, d’une part pour maintenir un environnement sain pour la biodiversité, d’autre part pour apporter au site des aspects naturels telle que la vue sur un bois et un espace vert « naturel ». Cela peut aussi permettre d’éviter des coûts de déboisement[1].

Il est possible de préserver l’environnement en traçant les routes et les lignes de services publics autour des peuplements d’arbres mâtures existants, voire même en creusant un tunnel sous les racines d'arbres remarquables pour installer des conduites d’égout[1].

Pour planter de nouveaux milieux boisés, il faut utiliser la carte d’aptitude du terrain pour choisir des lieux où le sol est adapté. Toutefois, il convient d’éviter de planter les zones humides et les milieux à forte densité floristique, afin de préserver leurs caractéristiques. Ensuite, l’étude pédologique aidera à choisir les espèces adaptées au sol. Pour une bonne implantation et une efficacité en termes d’accueil de biodiversité, il faut planter un mélange d’espèces régionales. La densité devra être suffisante et adaptée à l’exposition et aux essences retenues. Pour diversifier les strates végétales il faut adjoindre des espèces buissonnantes, et les implanter également au niveau des interfaces de façon à renforcer l’effet lisière [2].

Bien implanter les haies :Modifier

Un aménagement des haies efficace en termes d’impacts sur la biodiversité commence par l’étude des haies anciennes, déjà présentes sur le site. Les inventorier permet d’évaluer leur intérêt écologique, et de déterminer lesquelles il est primordial de conserver. L’aménagement doit être composé en maintenant le maximum de haies existantes et en s’appuyant sur l’éventuel maillage bocager. Les haies nouvelles doivent être composées d’essences locales et inclure un développement de plusieurs strates. L’effet lisière peut être augmenté par un tracé non rectiligne. Ou encore, les haies peuvent être implantées selon les courbes de niveau, pour stabiliser les terres et/ou réduire le ruissellement [2].

RéférencesModifier

  1. 1,0 et 1,1 [Integrating and Applying Conservation Development Principles to Commercial Sites : A Business Park in Bristol, TN. Bristol, Chandler 2011]. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « Chandler,2011 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  2. 2,0 et 2,1 [Fiches méthodologiques de la démarche environnementale sur le parc paysager d'activités de Landacres. NPDC, France, 2006].